L’avenir de la publicite sur internet (Part1)

ad exchange : avenir de la publicité sur le web

ad exchange : avenir de la publicité sur le web


Après une longue absence (beaucoup de travail), je reviens pour vous parler des Ad Exchanges et de leur impact sur la publicité online pour les années à venir.
Pour rentrer directement au cœur du sujet, les Ad exchanges fonctionnent de la même manière que le search (Google Adwords par exemple) avec un modèle d’achat d’espaces et de positionnement vendus par un système d’enchères au CPC (cout par clic). Les annonceurs en search rédigent leurs annonces et définissent un montant d’enchère, un ciblage, un capping et des heures de diffusion. En fonction de plusieurs paramètres, les annonces ressortiront dans les résultats payant de Google (en jaune) et seront plus ou moins bien positionnés sur tel ou tel mot-clef définit au préalable par l’annonceur.
Contrairement au search concernant des liens sponsorisés, les Adex se positionnent sur le display (bannières). Autrefois, on n’avait d’un côté les régies publicitaires qui possédaient chacune leurs inventaires publicitaires, et les annonceurs qui cherchaient à acheter de l’espace en faisant appel à ces mêmes régies. Aujourd’hui, les Ad Exchanges centralisent tous les acteurs et tous les flux. Comment cela fonctionne ?
Les plateformes Ad exchange sont au centre des enchères et gèrent les échanges. Les SSP permettent la gestion des ventes des inventaires et la mise en concurrence côté éditeurs ; Et du côté annonceurs, on retrouve des DSP (demand side platefom) qui vont permettent d’une part de se connecter à toutes les plateformes Ad Ex et d’autres parts d’arbitrer les enchères. Comment cela s’articule ? C’est très simple, la plateforme AdEX interroge le DSP en l’informant qu’un inventaire est disponible pour un segment d’utilisateurs ou un utilisateur unique. Tout ce fait en temps réel (C’est du RTB. On verra ça plus tard). Les DSP sont donc interrogés et font le tour des annonceurs intéressés. Ces derniers répondent par une enchère au CPM (cout par mille). Le plus offrant remporte l’enchère et paye le prix au CPM du deuxième enchereur le plus élevé. Sa bannière est affichée dans l’espace qui a été vendu et devient visible pour l’internaute ciblé.
S’il y a un truc à retenir pour cette première partie, c’est que tout se fait en temps réel et que tout est centralisé par les plateformes d’adex (comme DoubleClick de chez Google ou encore Right Media de chez Yahoo).
La vraie révolution se trouve dans le ciblage des internautes. Malheureusement, la suite au prochain épisode… ;)

Si vous aimez, partagez!

Articles lies:



Laisser un commentaire