Avenir de Twitter en France ?

Twitter, quel avenir en France ?

Alors que le service de micro-blogging a démarré en France courant 2007 avec une petite niche de early adopters, qu’en 2008 les bloguers et travailleurs du web s’en sont emparés pour atteindre les 6000 utilisateurs, qu’en 2009 les journalistes ont commencé à tweeter pour créer le journalisme de proximité et atteindre 125 000 utilisateurs, qu’en est-il pour l’année 2010 ?

Apparemment, la France n’est toujours pas séduite malgré l’arrivée d’un public enclin au tchat et un renforcement significatif de l’activité journalistique sur cet outil. Sûrement la faute à Facebook qui reste la plateforme privilégiée par les utilisateurs des réseaux sociaux dans l’hexagone (Actuellement, 20 millions d’utilisateurs en France).

Si Twitter a peu de succès en France (environ 225 000 utilisateurs en août 2010), c’est peut-être du côté de ses pratiques et de son interface qu’il faut y regarder. En effet, il est à noter que cette plateforme sert massivement dans une perspective professionnelle de veille (malgré quelques tweets informels) et dans le relais d’information (journalisme, événementiel).

De plus, le lexique propre à Twitter peut paraître inabordable au premier abord. Entre les hashtags, direct messages, retweet et autres trending topics, il y a de quoi se décourager rapidement.

Mais encore, Twitter c’est du temps, beaucoup de temps. Au démarrage, la timeline est désespérément vide, il faudra s’y investir et chercher de nouveaux contacts afin d’étoffer son compte pendant plusieurs semaines.
Enfin, Twitter utilise massivement la langue Anglaise, le Français y est peu utilisé. Si bien que les plus gros utilisateurs en France ont tendance dorénavant à tweeter en Anglais pour s’adapter au service.

Avec l’arrivée de la nouvelle version, Twitter tente de rendre plus simple et attractive son utilisation. Ces changements vont permettre à Twitter de revenir en force vers un contenu médias (grâce à la possibilité d’afficher des photos, vidéos, etc), une sorte de retour aux sources du média social dans son essence de journal intime enrichi. L’interface a été améliorée pour proposer une approche plus intuitive de l’outil avec par exemple la possibilité de consulter directement via les onglets de la time line les retweets et diverses mentions. Malheureusement, côté lexique, il incombera encore à l’utilisateur de se familiariser avec les formules de l’ancienne version, mais il faut reconnaître que celles-ci font tout de même le charme de cet outil.

Côté stratégie, une interview récente de Jason Goldman, vice-président de Twitter, donne les grandes lignes de l’évolution des futurs gazouillis présents sur la plateforme. Il insiste sur la promotion des tweets sponsorisés :
« L’occasion est alors donnée aux utilisateurs de réagir avec ces tweets sponsorisés. Ainsi, les réactions pourront être montrées aux clients concernés. Ces promotions seront visibles au-dessus de la barre de recherche du site »
Mais aussi, sur une sorte de service premium offrant des services aux utilisateurs :
« nous pourrons fournir des services qui vont conférer un lien plus affectif entre le site et un professionnel. Un mécanisme de retour d’expérience sera mis en place qui montrera ce que les autres pensent de votre société. »
D’après Jason Goldman, cette option sera gratuite et aucune publicité ne sera ajoutée sur l’interface

Au vu de cette interview, il est évident que Twitter, contrairement au géant Facebook, vise les milieux professionnels plus que les simples chateurs ou autres personnes en quête d’amitié. Il apporte toutefois une dimension virale exceptionnelle et reste un outil de réseautage hors pair. Si le blog est le moyen le plus simple pour partager ses idées et ses points de vue, Twitter reste le moyen le plus efficace de les diffuser. Sans compter qu’on y retrouve des informations de qualité relayées par les plus grands professionnels des métiers du Web en France.

Si vous aimez, partagez!

Articles lies:



Laisser un commentaire