La poussee des nouvelles agences

Agences en mutation

Mutation du métier

Les deux années de récession ont changé la donne et les opportunités se multiplient pour ces nouveaux entrants. Des secteurs d’activité clés comme la banque-finance et les entreprises publiques remettent leur budget de communication sur le marché. Pitchville, un cabinet conseil en choix d’agences lancé au printemps dernier, orchestre aujourd’hui des appels d’offres pour EDF, la RATP, Aéroports de Paris, Cofidis et le Crédit agricole. «C’est un mouvement de fond, relève Marie-Charlotte Longueville, cofondatrice de Pitchville. La crise et la montée en puissance du numérique obligent les annonceurs à se poser des questions de fond. De ce fait, nos clients sont en quête de nouveaux modèles d’agence.» Autant de brèches dans lesquelles s’engouffrent June 21 -cofondée par Jean-Pierre Villaret- actuellement consultée par Orange, comme Fred & Farid qui participe à la compétition Caisse d’épargne, ou encore Herezie qui planche pour Cofidis.

Autre place à prendre sur le marché, celle des agences de taille moyenne. Elles se sont toutes rénovées ces trois dernières années, renouvelant leurs managers et remettant en question leur organisation. Mais la crise et l’absence de compétitions qui ont paralysé le marché français en 2008 et 2009 ont considérablement affaibli plusieurs d’entre elles. Celles-ci se voient prises en tenaille entre la toute-puissance des deux leaders tricolores, Havas et Publicis, et la réactivité des nouvelles agences, qui, libérées des contraintes des grands réseaux, affirment coller aux mutations du métier.

Cette nouvelle configuration ouvre des perspectives. Sylvain Thirache (ex-DDB Paris) vient d’ouvrir, avec succès, une filiale de Sid Lee (Canada) et décroche, depuis Paris, des collaborations avec Ubi Soft, Coca-Cola, Adidas ou le groupe Carlsberg. Benoît Devarrieux, cofondateur de Devarrieuxvillaret et de H, s’est installé à son compte. Sa structure, qui signe le design de la chaîne Lina’s et la campagne Eram, bataille dans les compétitions Free et Vichy. Enfin, Olivier Mouliérac, directeur de création d’Euro RSCG C&O (Havas), a obtenu de sa maison mère la possibilité de se lancer en solo. La pépinière voit un nouveau bourgeon s’ouvrir tous les jours.

Mutation du métier

Les deux années de récession ont changé la donne et les opportunités se multiplient pour ces nouveaux entrants. Des secteurs d’activité clés comme la banque-finance et les entreprises publiques remettent leur budget de communication sur le marché. Pitchville, un cabinet conseil en choix d’agences lancé au printemps dernier, orchestre aujourd’hui des appels d’offres pour EDF, la RATP, Aéroports de Paris, Cofidis et le Crédit agricole. «C’est un mouvement de fond, relève Marie-Charlotte Longueville, cofondatrice de Pitchville. La crise et la montée en puissance du numérique obligent les annonceurs à se poser des questions de fond. De ce fait, nos clients sont en quête de nouveaux modèles d’agence.» Autant de brèches dans lesquelles s’engouffrent June 21 -cofondée par Jean-Pierre Villaret- actuellement consultée par Orange, comme Fred & Farid qui participe à la compétition Caisse d’épargne, ou encore Herezie qui planche pour Cofidis.

Autre place à prendre sur le marché, celle des agences de taille moyenne. Elles se sont toutes rénovées ces trois dernières années, renouvelant leurs managers et remettant en question leur organisation. Mais la crise et l’absence de compétitions qui ont paralysé le marché français en 2008 et 2009 ont considérablement affaibli plusieurs d’entre elles. Celles-ci se voient prises en tenaille entre la toute-puissance des deux leaders tricolores, Havas et Publicis, et la réactivité des nouvelles agences, qui, libérées des contraintes des grands réseaux, affirment coller aux mutations du métier.

Cette nouvelle configuration ouvre des perspectives. Sylvain Thirache (ex-DDB Paris) vient d’ouvrir, avec succès, une filiale de Sid Lee (Canada) et décroche, depuis Paris, des collaborations avec Ubi Soft, Coca-Cola, Adidas ou le groupe Carlsberg. Benoît Devarrieux, cofondateur de Devarrieuxvillaret et de H, s’est installé à son compte. Sa structure, qui signe le design de la chaîne Lina’s et la campagne Eram, bataille dans les compétitions Free et Vichy. Enfin, Olivier Mouliérac, directeur de création d’Euro RSCG C&O (Havas), a obtenu de sa maison mère la possibilité de se lancer en solo. La pépinière voit un nouveau bourgeon s’ouvrir tous les jours.

Si vous aimez, partagez!

Articles lies:



3 réponses à “La poussee des nouvelles agences”

  1. Do you people have a facebook fan page? I looked for one on twitter but could not discover one, I would really like to become a fan!

  2. It is your turn to come up with that concept that clarifies dilemmas with so well.

  3. Finally, an issue that I am passionate about. I have looked for information of this caliber for the last several hours. Your site is greatly appreciated.

Laisser un commentaire